Voeux pieux

Des représentants de la communauté arménienne élus.

Nous avons des représentants de la communautés arméniennes que nous retrouvons régulièrement dans plusieurs institutions, nous ne savons pas comment et par qui ils ont été nommés, tout ce que nous savons c'est qu'ils cumulent les fonctions et les responsabilités et ce depuis assez longtemps. Sans mettre en cause leur honnêteté et leur bonne volonté, force est de constater que leur bilan est mitigé si on emploie cet euphémisme..

A notre époque, où tout va vite voir très vite, le bénévolat peut-il tout expliquer, tout excuser ?

Serait il pas préférable de mettre en place une institution où des professionnels rémunérés exerceraient leurs talents et leur compétences, avec à la clef une obligation de résultat ?

L'argent est le nerf de la guerre, même en temps de paix il faut de l argent, pour vivre, pour avancer.

Avancer, toute la question est là, Alors pourquoi pas un impôt, une participation aux frais, un don, du mécénat, ici les mots n ont pas d'importance, ce qui est important, c'est l'action, si chaque famille donnaient 15 € par mois, notre institutions aurait un budget pour commencer à travailler, il est entendu que si l on veut ou peut donner plus, c'est toujours possible, mais ce qui me parait important c'est de savoir que mensuellement nous avons telle somme en caisse pour fonctionner, le reste serait la cerise sur le gâteau.

Ce parrainage, le fait d’être adhérent nous donnerait le droit de vote pour choisir les responsables de notre communauté et la direction vers laquelle nous souhaitons aller, de choisir les membres qui auront la charge de nous représenter, choisis non pas dans le cercle politique, familial, amical, mais pour leurs compétences et leur implication.

Le plus dur sera de créer cette institution qui redonnera l 'envie de revenir aux arméniens qui se sont éloigné de la communauté, lassé des querelles intestines et stériles de personnes qui protègent leur pré carré, pré carré qui d'ailleurs est d'une faiblesse désolante, qui ser réduit a peau de chagrin de jour en jour.

Droite comme gauche savent que nous sommes divisés, fini le temps ou on nous disait se soutenir l'un l'autre. A leur arrivée en France, les arméniens se sont regroupés et installés majoritairement sur la ligne PLM Paris Lyon Marseille, aujourd’hui les turcs viennent et s'installent n'importe où, ils ont maillé la France du nord au sud et d'est en ouest, et bon nombre d'élus locaux ou régionaux en tiendront compte, face aux quelques uns qui nous soutiennent, c'est pas gagné.

Je peux me tromper, mais ce sera notre défi à relever, il faut sortir des associations où les les personnes présentes ne sont pas là pour travailler ensemble mais plutôt pour surveiller ce que l'autre veut faire. c'est l inverse que nous devrions faire.

Une initiative de ce genre avait été lancée, mais de façon tellement confidentielle que cela confinait au secret, de plus lancée par ceux qui étaient déjà en place, cela ressemblait plus a un plébiscite qu'à une nouvelle donne. Evidemment  cela voudrait dire de rebattre les cartes, ce qui ne semble pas convenir à ceux qui sont en place, pourtant dans leur entourage immédiat, certains sont pour cette option, mais ils n'ont pas voix au chapitre. L idée n'est pas nouvelle, c'est juste du bon sens. La mettre en place parait très difficile.



Այսքան չարիք թէ մոռանան մեր որդիք, թող ողջ աշխարհ կարդայ հայուն նախատինք
Armenagan 2012 Հրայր